Web Escape Agents

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Réflexions

Web Escape Agents est un rassemblement de passionnés. Les créateurs de Web Escape Agents sont ou ont été des professeurs d'université et interviennent très régulièrement lors de séminaires et conférences. Plus qu'une entreprise, nous voulons être un laboratoire d'idées. Vous pouvez lire nos pensées sur nos blogs respecifs et nous vous donnerons régulièrement nos idées, penses, visions, ... N'hésitez-pas à venir participer aux échanges. Dans cette même idée, Web Escape Agents participe à la démarche Odyssée Entreprise 2.0

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi, octobre 6 2011

Steve Jobs est décédé, voici une très courte synthèse de cet homme d’homme d'affaires emblématique de la culture technophile.

Steve Jobs est connu et reconnu pour avoir participé à trois périodes importantes, de ce qu’on appelait avant la micro-électronique, depuis les années 1970 :

- L'informatique personnelle avec le lancement de l’Apple II ; - La musique numérique avec le MP3 qui s’est démocratisée avec l’iPod et l’Itunes à partir de 2000 ; - Et biens sûr le smartphone avec les débuts de l’iPhone en 2007 et la tablette tactile iPad en 2010.

Fait moins connu, Steve Jobs a participé aussi indirectement à la transformation du film d'animation via sa société Pixar.

Ce dont on parle moins, c’est aussi qu’Apple, malgré ses grandes innovations reste un colosse aux pieds d’argile. Sans parler de ces nombreuses crises passées, qui parierait vraiment aujourd’hui sur des systèmes aussi fermés et peu ergonomiques qu’iTunes (un comble pour Apple) et l’iPhone (sa dernière version 4S atteignant des prix totalement indécents).

Sûrement pas Google avec son système bien plus agile dans tous les sens du termes. Fait des coïncidences, Google a fêté son treizième anniversaire hier, la veille du décès d’un des pères fondateurs de l’informatique; mais aussi de ce que nous sommes et de comment nous vivons et travaillons aujourd'hui. Wea agence conseil lui porte son hommage.

lundi, octobre 18 2010

Web escape agents dans la revue Action Canada-France

Xavier Aucompte intervient dans la revue de la Chambre de Commerce Française au Canada pour nous donner son approche des "tendances et des réalités de l'intranet 2.0 de chaque coté de l'atlantique". Le président de Web escape agents, une entreprise évoluant entre l'Amérique du Nord et l'Europe, est bien placé pour en parler.

Après nous avoir expliqué les trois manières d'aborder un intranet de nouvelle génération, Xavier Aucompte nous explique que le Québec, grâce à l’organisation de ses entreprises et de ses modes de travail en interne, possède un terrain favorable à une évolution rapide de l’intranet 2.0. Il nous apprend aussi que la France possède un temps d’avance aujourd’hui à ce sujet. Mais pour combien de temps encore ? Le retard de la France sur les réseaux wifi et 3G pourrait bien freiner cette avance actuelle... le débat reste ouvert sur ce dernier point. Qu'en pensez-vous ?

L'intégralité de l'entrevue dans Action Canada-France peut être téléchargée directement sur le site web de la section Québec de la Chambre de Commerce Française au Canada : http://bit.ly/bEH3QQ . Pour information, la revue Action Canada-France aborde les thèmes phares du moment ; sa thématique de septembre sur "la communication via les nouvelles technologies" le prouve une fois de plus...

jeudi, avril 8 2010

Tribune de Xavier Aucompte dans le Journal du Net: Conférence Intranet Insider de New York : des projets, des envies, des questions et des freins

Conférence Intranet Insider de New York : des projets, des envies, des questions et des freins. Pendant deux jours, New York a été le lieu d'une conférence dédiée aux intranets avec de nombreux témoignages d'entreprises. Deloitte, General Electric, Alcatel Lucent, Intel et bien d'autres ont levé le voile sur leurs projets intranet 2.0.

Lien vers cet article dans le Journal du Net...

mardi, mars 23 2010

Stratégie d'entreprise et nouvelles tendances de l'Intranet 2.0...

Retrouvez le billet de Xavier Aucompte sur B-r-ent, le blog des managers 2.0 : Les tendances ne doivent pas faire oublier ce qu'est l'Intranet

vendredi, janvier 15 2010

1000 Journals, le 2.0 sans les nouvelles technos (ou presque !)

Qui dit 2.0, pense souvent media online dernier cri, qu’il soit interne à l’Entreprise, ou posé et animé sur le web au service du marketing, de l'innovation ou de la communication. Or lors de nos prestations de conseil, l’un des messages les plus délicats à transmettre, tant aux maîtrises d’ouvrage qu’à leurs sponsors et aux exécutifs, est celui-ci : le 2.0 est avant-tout une démarche, une stratégie, et un état d’esprit ! Les outils ne sont qu’un moyen.

L’un des exemples les plus édifiants provient de l’un de nos bons vieux supports traditionnels… le papier. 1000 journals est une expérimentation lancée il y a 9 ans, dont le concept est simple : déposer littéralement aux quatre coins du monde des centaines de carnets, vides, à remplir par le tout-venant.

Chaque personne tombant dessus en s’asseyant sur un banc, prenant place dans un café, ou le recevant des mains d’un ami ou d’un correspondant du bout du monde, y griffonne quelques mots, colle des images, des photos, y coud parfois même une feuille d’arbre, un motif, dépose des post-it, dessine son monde, son univers... et le transmet.

Une fois un carnet plein de ces instantanés, il est normalement renvoyé aux expéditeurs qui les compilent, et qui ont eu l’intelligence de s’effacer (« Someguy » est le nom d’auteur de la compilation) derrière cette œuvre modeste mais très riche.

Au final, ont été ainsi accumulées des milliers de pages, produisant une photo d’un ressenti collectif, des petites souffrances et quelques bonheurs, qui ont finalement un goût plus familier que l’on pourrait le penser, quelles que soient les lieux et cultures qui les hébergent. Et l’on y découvre surtout émerveillé la force imaginaire et créatrice qui sommeille sur toute la surface du globe. A mi-chemin entre un réseau social anonyme et du crowdsourcing créa, 1000 journals est la preuve que le 2.0, ça peut ne pas être une question de techno ! La démarche a même suivi la logique « pilote » avec un premier test de 100 carnets parsemés dans San Francisco dès l’été 2000.

Ces carnets voyagent, ils ont leur vie propre, se salissent, s’usent, sont parfois oubliés dans un tiroir, mais ce sont eux, les acteurs de l’expérimentation. Et depuis quelque temps, grâce à 1001 journals , une initiative spin off, des internautes en dehors de l’équipe projet peuvent également lancer eux-mêmes un carnet vierge, parfois autour de thématiques ou de groupes ayant pour certains des miroirs sur Facebook.

Le résultat de l’expérience 1000 journals est spectaculaire et a déjà donné naissance notamment à un livre haut en couleurs et à un DVD. Un site web existe, bien sûr, avec comptes utilisateurs créables, mais il n’est, pour le coup, qu’un outil de soutien et de collecte ou de témoignage au service de ce bon vieux format papier, qui décidément résiste bien aux nouveaux usages.

Alors si vous tombez sur un grand calepin, dans le métro, plutôt que de le balayer de la main… découvrez le monde en 2.0, et partagez-y le vôtre.

jeudi, novembre 19 2009

L'identité numérique : un sujet de plus en plus demandé - web escape agents dans la presse

Plus on en parle, plus on voit de théories sur l'identité numérique. Les cas de vol ou d'usurpation sont de plus en plus nombreuses. Les déçus de facebook, twitter et autres réseaux et outils reviennent sur le web à la recherche de nouveau territoire. En même temps, les entreprises comprennent avec un peu de retard que le web peut leur donner des leviers extraordinaires pour fidéliser, recruter et animer leurs communautés.

Dans ce contexte d'un web en mouvement, il faut d'une part prendre en main la question de l'identité numérique et agir sur son positionnement. Après avoir en 2009 participé à de nombreux rendez-vous sur ce sujet, nous allons vous proposer régulièrement des articles sur le sujet. Pour commencer, nous vous proposons d'aller lire l'article de l'Expansion où nous sommes cités en fin d'article : http://www.lexpansion.com/economie/actualite-economique/peaufiner-son-profil-numerique-pour-decrocher-un-job_208182.html

lundi, octobre 5 2009

Évolution du Web et transformation des modèles économiques à l'ère des médias sociaux

Voici une animation vidéo version française de Did you Know, version 4.0 de 2009 qui présente l'évolution du Web depuis les dernières années. Ce n'est pas le premier de la série, mais les statistiques sont encore plus éloquentes que dans les précédentes. Vous pouvez comparer avec la version française de Did You Know version 2.0 de 2008.

  did you know 4.0 
Les statistiques hallucinantes qui y sont présentées ne font que confirmer que nous traversons une époque de transformations majeures. Les nouveaux usages amenés par les nouvelles technologies de l'information et de la communication depuis les trente dernières années ont occasionnés des turbulences à tous les niveaux. Dans notre modèle capitaliste actuel, le monde des affaires et notre rapport à la consommation sont grandement bousculés. Les modèles servant à générer des revenus et à créer de la richesse sont sur le point de s'effondrer. En effet,  l'industrie de la presse écrite et les entreprises de production de contenu comme les grands médias font face à la tendance de la gratuité de l'information. Les entreprises doivent se transformer, changer leur vision face à la nécessité d'innover et constamment être à l'écoute des consommateurs et des citoyens.

vendredi, octobre 2 2009

Le management des idées et le 2.0

Tout d'abord, comment nait une idée ?

Le processus mental de la naissance d'une idée peut être représenté par les phases ci dessous, mais avant tout, il faut que les individus soient dans des conditions adéquats pour pouvoir faire naitre une idée : Ouvrir ses sens (voir, entendre, sentir, etc.) et être curieux (regarder, écouter, etc.).

  1. S'étonner : Identifier quelque chose de nouveau, s'étonner d'une présence ou d'une absence dans un contexte donnée
  2. Douter : Il faut douter de son étonnement, sans cela l'esprit passe à autre chose
  3. S'interroger : Le doute entraine l'interrogation, le pourquoi de cet étonnement
  4. Chercher : Essayer de résoudre cette étonnement par quelques choses avec l'aide ou non de méthode et d'outil
  5. Trouver : Parfois, on trouve une réponse, ce peut être une découverte (C Colomb et l'Amérique), une invention (Gutenberg et l'imprimerie) ou une création (Michel-Ange et le plafond de la chapelle sixtine)

On se trouve donc avec trois types d'innovation, celle de type "science" (les découvertes), celle de type "technologie / management" (les inventions) et enfin celle de type artistique (les créations).

L'innovation collective a elle pour idée d'essayer de chercher une solution à l'aide d'un ensemble d'acteur. Le principe étant que la résolution d’un problème est plus facile si plusieurs personnes collaborent ensemble dans la réflexion.

Les usages et les outils du web 2.0 nous permettent d'imaginer une nouvelle manière de collaborer dans cette démarche d’innovation collective. Ces outils facilitent l’ouverture vers l’extérieur, ce qui permet d’intégrer un cercle beaucoup plus large de créateur d’idée. Un mécanisme de sélection participatif peut être mis en place afin de qualifier ces idées. L’étape suivante étant de les transformer en innovation. Les outils peuvent ainsi connecter des milliers de personne (toute la société ?) pour réfléchir à une problématique et, peut être, trouver une solution.

Mettre en place des usages collaboratifs au sein de votre processus d’innovation et ouvrir au plus grand nombre de créateur d’idée possible peut que dynamiser le management d’idée.

Que demander de plus qu’une innovation de produit créé par vos clients ? Une innovation de transport par vos fournisseurs ? Une innovation de management par vos employés ?

mardi, septembre 29 2009

Le manager survit-il à l'entreprise 2.0 ?

Les missions d’un manager, de tout temps, sont d’atteindre les objectifs fixés par sa hiérarchie, de définir les objectifs de ses subordonnées, de dynamiser son équipe, de l’orienter vers un but commun, de tirer ses collaborateurs vers le haut, de maintenir la cohésion au sein de son équipe et enfin, de qualifier et diffuser les informations qu’il possède.

Dans une entreprise 2.0, un manager a le même rôle. On lit, de si, de là, que les managers doivent changer de métier, évoluer avec la nouvelle organisation, etc. Mais en réalité, il n’y a pas d’évolution de ces missions, mais uniquement dans la manière dont il va les réaliser.

La mise en réseau de l’ensemble des collaborateurs, la facilité d’accès à l’information, l’augmentation de la transparence entre les étages de la pyramide hiérarchique ne sont que des moyens qui facilitent l’exercice du manager. Un « manager 2.0 » n’est en réalité ni plus, ni moins qu’un manager qui travaille à l’aide des leviers qui sont à sa portée. Par exemple, l’amélioration de la qualification de l’information, la facilitée à identifier un collaborateur expert sur la problématique, ou encore l’utilisation des plateformes de collaboration pour améliorer sa connaissance d’un sujet et surtout celle de ces équipes. Les illustrations sont nombreuses et difficilement dénombrable mais tous l’art du manager est d’identifier les meilleurs usages que l’on peut faire avec ces outils.

Ces moyens n’empiètent aucunement sur son activité et encore moins sur ses objectifs. La seule différence, c’est dans les objectifs personnels de ces managers qu’elle se trouve. En effet, depuis plusieurs années, ces managers pensent que le savoir est la clé de leur succès, et bons nombres estiment leur valeur par rapport à la quantité d’information détenue. Hors les outils mis en œuvre ne permettent plus de détenir et conserver ce savoir. C’est donc dans les mentalités qu’il faut faire évoluer les managers, et non pas dans leurs objectifs.

Depuis internet et les nouveaux usages, l'information circule plus vite et est souvent accessible par les collaborateurs, soit en interne soit à l'externe, la détention de ces informations n'est donc plus un atout mais c'est bien la bonne utilisation de ces informations qui devient l'enjeu des manager. Un « manager 2.0 » pourrait donc être défini par sa capacité à s’adapter à l’évolution de l’entreprise et à l’exploitation la plus pertinente des moyens mis à sa disposition.

Qu’en pensez vous ?

mardi, septembre 8 2009

Sécuriser SI & intranets : un chantier stratégique pour l’entreprise

Cyril Castelnaud, directeur de l'offre entreprise et intranet 2.0 chez Web escape agents, commente dans la Tribune sur le thème "Sécuriser SI & intranets : un chantier stratégique pour l’entreprise".

Le développement de la numérisation de l’entreprise induit un accroissement des risques d’incidents. Les attaques à l’intégrité du SI, les récupérations d’informations stratégiques et les altérations, modifications ou destructions d’informations constituent les trois principaux risques de sécurité.

Pour lire la suite, n'hésitez pas à consulter l'article

vendredi, août 1 2008

Odyssée de l'entreprise 2.0